Allumage électronique

Ma version de l'AEPL-duino conçu par M. Philippe LOUTREL.

NB : je n'ai rien inventé moi-même, tout vient de là :

http://a110a.free.fr/SPIP172/article.php3?id_article=142

Vue de l'intérieur de l'allumeur. Le capteur à effet hall se situe sous le PCB. La LED permet de voir l'état du capteur.

La cible qui tourne dans l'allumeur, entre l'aimant et le capteur à effet hall. On voit une assymétrie des encoches par rapport au centre de la pièce…. oui, je me suis craqué lorsque j'ai fraisé les encoches. Du coup, à la lampe strobo, cela génère une différence de ~20° entre les étincelles des 2 cylindres.

On va retoucher ça ! Moins de 2 degrés de différence après retouche.

L'allumage électronique installé dans un “boîtier fait main” dans le compartiment moteur de la Fiat 126. On voit également la bobine jumo (équipait les Fiat un tout petit peu plus récentes mais permet de ne plus avoir de delco avec tous les pb lié à l'humidité que cela peu engendrer).

L' Arduino dans son “boîtier”. J'avais quelques problèmes de mise au point sur l'établi, dus à une alim un peu faiblarde et aux interférences générées par la bobine, d'où quelques condos supplémentaires par rapport au montage d'origine. On voit au fond le régulateur 7805, et à droite, vissé sur son radiateur mais isolé, le transistor de pilotage de la bobine. La nappe n'est là que pour la programmation, elle est retirée avant de rouler.

En situation dans le compartiment moteur.

Petit bonus. Ayant la flemme de faire un disque gradué pour caler précisément l'avance statique (45° entre top capteur et PMH), j'ai calé au pif et démarré. N'ayant pas de lampe strobo fiable, j'ai ajouté une LED de 3W allumée par l'Arduino au moment de la coupure du courant bobine, elle sert de lampe strobo pour affiner le calage.